Banner
L’optogénétique
Godtech Par Lina Dutca le 21 mai 2012 – 10:48

Un outil semblable à un interrupteur, utile pour la recherche thérapeutique mais long à mettre en œuvre pour prendre le contrôle d’une protéine et déterminer la fonction du gène correspondant.

En général, pour étudier la fonction d’un gène, on recherche une molécule thérapeutique qui bloque la fonction de la protéine ou on achète un modèle de souris dans lequel ce gène a été inactivé (souris KO). Mais il faut disposer de la molécule spécifique qui ouvre les canaux ioniques et stimule l’expression du gène cible de la souris, parfaitement ciblée, avec le risque d’une efficacité limitée et non réversible.

L’optogénétique utilise plusieurs méthodes pour révéler, augmenter ou diminuer l’activité intime d’une population neuronale, d’un neurone ou d’un circuit neuronal. Si on dispose de molécules photoconvertibles, on peut en attendre un contrôle optique de la protéine de façon instantanée, spécifique et immédiatement réversible. On peut admirer sur Internet de petites vidéos montrant des expériences in vitro ou plus rarement sur des animaux entiers (souris, vers).

On peut utiliser comme matériel une souris transgénique ou une souris floxée croisée avec une souris transgénique CRE tissu-spécifique ce qui demande de un à deux ans de préparation. Il est également possible de travailler avec un vecteur viral : lentivirus (rétrovirus désactivé) ou  AAV (pour adeno-associated virus), surexprimant la protéine cible liée à une channelrhodopsine ou à toute protéine photoactivable par la lumière de LED ou par un microscope double photons, afin de visualiser l’action de ce vecteur dans l’œil ou dans une autre structure comme l’hypothalamus.

La méthode la plus simple semble donc actuellement d’utiliser un vecteur approprié : lentivirus avec un promoteur, capable d’infecter des neurones en en autorisant une mesure clinique des effets. En attendant que la simplicité de mise en place des contrôles permise par l’optogénétique soit éventuellement surclassée par l’apport des nanotechnologies…

Répondre à cet article