Banner
Effets neuroprotecteurs de la leptine et du GDNF dans le système nerveux entérique
Godtech Par Aurore le 10 février 2012 – 2:47

Le système nerveux entérique (SNE) est un système nerveux autonome intégré le long de l’instestin qui contrôle les principales fonctions gastro-intestinales comme la motilité. Il est connu que les facteurs nutritionnels peuvent moduler voire induire de profonds changements neuroplastiques dans le SNE. Par ailleurs, l’alimentation de type occidentale (notamment un déséquilibre nutritionnel) est un facteur important dans le développement de l’obésité. Or aucune étude à ce jour n’a caractérisée son effet sur le phénotype du SNE et ses fonctions. C’est pourquoi l’équipe de Baudry et al. s’est intéressée aux effets d’une obésité induite par une alimentation de type occidentale présentant un déséquilibre nutritionnel sur le phénotype et les fonctions du SNE ainsi qu’aux facteurs impliqués dans la plasticité fonctionnelle.

Pour cela, ils ont nourri des souris avec une alimentation normale ou de type occidental et ont évalué la motilité gastro-intestinale in vivo et ex vivo. Ils ont également analysé les neurones myentériques et les cellules gliales par immunohistochimie avec des anticorps contre Hu, l’oxyde nitrique synthase neuronale (nNOS), Sox-10 ainsi qu’en imagerie du calcium. De plus, la leptine et le facteur de croissance GDNF (Glial cell line-derived neurotrophic factor) ont été étudiés par immunohistochimie, biochimie et PCR in vivo et in vitro.

Ainsi ces chercheurs ont observé que l’obésité due à un déséquilibre nutrionnel empêcherait la perte liée à l’âge de certains neurones entériques conduisant à une accélération de la vidange gastrique NO-dépendante. Ils ont également montré que la leptine et le GDNF étaient augmentés dans l’antre gastrique de façon temps-dépendante.

Ces résultats suggèrent que le déséquilibre nutrionnel aurait des effets neuroprotecteurs impliquant probablement la leptine et le GDNF. Ces chercheurs en concluent donc qu’une alimentation de type occidentale impliquant des facteurs bénefiques comme la leptine et le GDNP pourrait être utilisée comme une nouvelle approche thérapeutique des neuropathies gastriques et intestinales et des dysfonctionnements associés. En outre, cette étude permet d’identifier le SNE comme un nouvel acteur impliqué dans l’obésité gastro-intestinale et des dysfonctionnements associés qui peuvent favoriser le développement de l’obésité.

 

Article : Diet-induced obesity has neuroprotective effects in murine gastric enteric nervous system: involvement of leptin and glial cell line-derived neurotrophic factor. Charlotte Baudry, Francois Reichardt, Justine Marchix, Andre Bado, Michael Schemann, Stanislas Bruley des Varannes, Michel Neunlist and Raphael Moriez. J Physiol 590.3 (2012) pp 533–544

Répondre à cet article